Comment prévenir le mal d’altitude ?

Parfois appelé « mal des montagnes ou soroche », le mal de l’altitude est un ensemble de symptômes qui peuvent apparaître si vous faites de la randonnée ou de l’escalade en montagne à une altitude élevée, en montant trop rapidement.

Symptômes du mal d’altitude

Parmi les principaux symptômes bénins, citons

  • Maux de tête
  • Vertiges
  • Nausées
  • Vomissements
  • Fatigue et perte d’énergie
  • Essoufflement
  • Problèmes de sommeil
  • Perte d’appétit

Les symptômes apparaissent généralement dans les 12 à 24 heures après avoir atteint une altitude plus élevée et s’améliorent ensuite en un jour ou deux, à mesure que le corps s’adapte au changement d’altitude.

Dans les cas plus forts de mal d’altitude, les symptômes peuvent être plus intenses et ne pas s’améliorer avec les médicaments habituels (aspirine, paracétamol, etc.).

Au lieu de se sentir mieux au fil du temps, la sensation d’être malade s’aggrave. Plus d’essoufflement et de fatigue.

Lorsque la situation s’aggrave, vous pouvez également souffrir de :

  • Perte de coordination et difficulté à marcher
  • Maux de tête sévères qui ne s’améliorent pas avec les médicaments.
  • Raideur dans la poitrine

Si une forme grave du mal de l’altitude se développe, telle qu’un œdème pulmonaire ou un œdème cérébral, vous pouvez ressentir :

  • Confusion
  • Essoufflement, même au repos
  • Incapacité de marcher
  • Toux qui produit une substance mousseuse blanche ou rose.
  • Coma

Traitements du mal d’altitude

Le traitement le plus important, quel que soit le niveau ou la gravité du mal de l’altitude, consiste à redescendre à une altitude plus basse dès que possible tout en restant en sécurité, autonome et capable de coordonner ses mouvements en montagne.

Si vous souffrez d’un grave mal des montagnes, vous devez immédiatement vous rendre à une altitude plus basse, si elle est inférieure à 1200 mètres, c’est mieux. Mais en haute montagne, cela se complique. Vous devrez consulter un médecin dès que possible et il est conseillé d’aller à l’hôpital.

Lisez aussi :  Comment fonctionne un GPS ?

Si vous avez un œdème cérébral, vous pouvez avoir besoin d’un stéroïde appelé dexaméthasone. Si vous souffrez d’un œdème pulmonaire, vous aurez besoin d’un supplément d’oxygène et peut-être de médicaments, et vous devrez aller à une altitude plus basse.

Si vous souffrez d’un mal de tête et d’au moins un autre symptôme associé au mal de l’altitude dans le jour ou les deux jours qui suivent le changement d’altitude, vous avez peut-être le mal des montagnes. Si vos symptômes sont plus graves, vous aurez besoin de soins médicaux.

Votre médecin peut écouter votre poitrine à l’aide d’un stéthoscope, effectuer une radiographie pulmonaire ou une IRM ou un scanner du cerveau pour rechercher du liquide.

Connaître les symptômes du mal de l’altitude vous aidera à rechercher un traitement précoce alors que l’affection est encore bénigne.

Prévention du mal d’altitude

La meilleure façon de réduire les risques de souffrir du mal des montagnes est de s’acclimater. Cela signifie que vous devez laisser votre corps s’habituer lentement aux changements de pression atmosphérique lorsque vous vous déplacez vers une altitude plus élevée.

Vous devez monter progressivement à une altitude plus élevée. Le fait d’aller lentement aide les poumons à obtenir plus d’air grâce à des respirations plus profondes et permet à plus de globules rouges de transporter l’oxygène vers toutes les parties du corps.

Voici quelques conseils de base pour l’acclimatation :

  • Commencez le voyage ou l’expédition en dessous de 3000 mètres. Si vous devez vous rendre en avion ou en voiture à un endroit plus élevé, arrêtez-vous à une destination plus basse pendant au moins une journée entière avant de vous rendre plus haut.
  • Si vous faites de la randonnée, du trekking ou de l’escalade au-dessus de 3000 mètres, ne grimpez que 300 mètres supplémentaires par jour. Pour chaque 1000 mètres de dénivelé, reposez-vous au moins un jour à cette altitude.
  • « Grimper haut et dormir bas » : si vous devez grimper plus de 300 mètres en une journée, veillez à descendre à une altitude plus basse pour dormir.
  • Buvez 2 à 3 litres d’eau par jour et veillez à ce qu’environ 70 % de vos calories proviennent de glucides.
  • Ne fumez pas, ne buvez pas d’alcool et ne prenez pas de médicaments, comme des somnifères.
  • Savoir identifier les premiers signes du mal de l’altitude. Déplacez-vous immédiatement à une altitude inférieure si vous commencez à développer ces symptômes.
Lisez aussi :  Les dangers de la montagne, quels sont les risques ?

D’où vient le mal d’altitude ?

La pression de l’air qui vous entoure est appelée pression barométrique. Lorsque vous vous rendez à une altitude plus élevée, cette pression diminue et l’oxygène est moins disponible.

Si vous vivez dans un endroit situé à une altitude modérément élevée, vous vous habituez à la pression atmosphérique. Mais si vous voyagez dans un endroit situé à une altitude plus élevée que celle à laquelle vous êtes habitué, votre corps a besoin de temps pour s’adapter au changement de pression.

Cela peut varier d’une personne à l’autre, mais vous pouvez être exposé au risque de mal d’altitude à partir de 2400 mètres.

Types de mal d’altitude

Il existe trois types de mal de l’altitude :

  • Le mal aigu des montagnes est la forme la plus bénigne et est très fréquent. Les symptômes peuvent ressembler à une gueule de bois : vertiges, maux de tête, douleurs musculaires, nausées, etc.
  • L’œdème pulmonaire de haute altitude est une accumulation de liquide dans les poumons qui peut être très dangereuse, voire mortelle.
  • L’œdème cérébral de haute altitude est la forme la plus grave du mal de l’altitude et se produit lorsqu’il y a du liquide dans le cerveau. Elle peut mettre la vie en danger et il faut immédiatement consulter un médecin.

Qui peut être concerné ?

Tout le monde peut développer le mal de l’altitude, quelle que soit sa forme physique, sa jeunesse ou sa santé, même les alpinistes professionnels peuvent en souffrir. En fait, le fait d’être physiquement actif en haute altitude augmente le risque de contracter cette maladie.

Lisez aussi :  Comment fonctionne une boussole ?

La probabilité de souffrir du mal des montagnes dépend de quelques autres facteurs :

  • la vitesse à laquelle vous passez à une altitude plus élevée
  • à quelle hauteur vous grimpez
  • l’altitude à laquelle vous dormez
  • et d’autres facteurs

Le risque dépend également de l’endroit où vous vivez et de l’altitude du lieu, de votre âge (les jeunes sont plus susceptibles d’avoir le mal de l’altitude) et du fait que vous ayez déjà eu le mal de l’altitude auparavant.

Le fait de souffrir de certaines maladies, comme le diabète ou les maladies pulmonaires, ne vous rend pas automatiquement plus susceptible de développer le mal des montagnes. Mais les gènes peuvent jouer un rôle important dans la capacité du corps à gérer les hautes altitudes.

Découvrez nos autres comparatifs...
Qu’est-ce que le trekking ?
trekking

Le trekking, comme la randonnée, est un sport qui se déroule sur des sentiers et des itinéraires naturels en montagne, Lire plus

Qu’est-ce qu’une randonnée ?
randonnée

Quand on nous dit ce qu'est la randonnée, nous pensons à une sorte de trek compliqué à travers les forêts Lire plus

Comment choisir ses chaussures de randonnée ?

Si vous voulez participer à l'incroyable et saine aventure du trekking, la première chose que vous devez savoir est qu'il Lire plus

Comment choisir ses batons de randonnée ?

Au fil des ans, de plus en plus de randonneurs utilisent des bâtons de trekking lors d'activités d'alpinisme, de trail Lire plus

profil

Je m'appelle Thomas, grand explorateur et passionné de randonnée. J'ai créé ce site pour vous donner mes recommandations pour des randonnées inoubliables. À travers ce blog je vous partage également mes conseils pour trouver les meilleurs vêtements et équipements de randonnée selon votre envie et budget.

Vêtements & Equipements de randonnée

La Crème de la Crème des Chaussures de Randonnée

X